Imprimer

Dermatite atopique sur le visage Reconnaître et gérer les symptômes lors des phases de poussées

La dermatite atopique est une affection de la peau très fréquente qui concerne le visage et le corps, et qui rend la peau constamment sèche et irritée. Les personnes concernées rapportent deux phases. Une phase inactive (qu'ils appellent également «rémission ») où la peau est sèche et irritée, et une phase active, également appelée « poussée », où la peau présente inflammation et sensations de démangeaisons. Au cours d'une poussée, une routine adaptée, à partir de soins dermocosmétiques et/ou de traitements médicamenteux, peut être nécessaire.


SIGNES ET MANIFESTATIONS

COMPRENDRE LA DERMATITE ATOPIQUE ?

La dermatite atopique (également appelée eczéma atopique) est une affection chronique de la peau qui concerne aussi bien les bébés, les enfants et les adultes, sur le corps et sur le visage. Elle est caractérisée par une peau sèche, irritée et qui démange, qui s'épaissit et peut se craqueler et parfois saigner. La barrière lipidique étant défectueuse, la peau subit une perte en eau inévitable et une perturbation du métabolisme des acides gras qui conduit à une rupture du fonctionnement des défenses naturelles de la peau.

Illustration d'une peau présentant les symptômes d'une dermatite atopique.
1. L'altération des défenses cutanées facilite l'invasion par les micro-organismes
2. Activation des cellules immunitaires, inflammation
3. Sensations de démangeaisons
Peau rouge et d'apparence squameuse.
La peau peut être sèche, légèrement squameuse, et rose à rouge au cours des phases de rémission.

Environ 10 % de la population mondiale est touchée (entre 10 et 20 % des enfants et 2 et 5 % des adultes) et le nombre de cas augmente. En fait, au cours des 30 dernières années, le nombre de patients a augmenté de 200 à 300 %.

La dermatite atopique est plus fréquente chez le bébé et l'enfant. 90 % des patients ont présenté des symptômes avant l'âge de cinq ans, et 80 % avant l'âge de deux ans. Il a été démontré que les femmes étaient un peu plus touchées que les hommes, et c'est essentiellement une maladie présente dans les pays occidentaux,

La dermatite atopique est caractérisée par deux phases bien distinctes : une phase non active (ou « rémission ») et une phase active (ou « poussée »).

Au cours d'une phase non active, la peau du visage peut être sèche à très sèche, légèrement squameuse, rose à rouge et les zones touchées, le plus souvent les joues, le cuir chevelu, le front, le contour des yeux et derrière les oreilles, peut présenter de petites craquelures cicatrisées.

La phase la plus pénible, à la fois physiquement et psychologiquement, est la phase de poussée, pendant laquelle la personne concernée subit des démangeaisons légères à intenses, la peau présente des rougeurs prononcées, inégales à enflées, irritées, squameuses et saignant parfois légèrement.

Si un doute persiste, demandez conseil à un médecin ou à un dermatologue.


CAUSES & ORIGINES

CAUSES ET ORIGINES POTENTIELLES DE LA DERMATITE ATOPIQUE

Les dermatologues recherchent encore la cause précise responsable de la dermatite atopique. Cependant, on suppose qu'un certain nombre de facteurs contribuent à la dermatite atopique.

Par exemple :

  • Les liens entre dermatite atopique, rhume des foins et asthme ont été démontrés, et il a été prouvé que si l'un ou l'autre des parents souffre de l'une de ces conditions, leur enfant a plus de risque de développer une dermatite atopique. De fait, si les deux parents ont une peau atopique, il y a 60 à 80 % de risques que leur enfant l'ait aussi. Les enfants héritent de la déficience en filaggrine de leurs parents affectés, et ils manquent donc d'hydratation naturelle.
  • La situation géographique peut jouer un rôle majeur dans le developpement de l'affection. Sa prévalence est largement plus importante dans les pays occidentaux, et les cas sont significativement plus fréquents dans les villes qu'à la campagne. Les climats froids semblent également augmenter le risque. Par exemple, les enfants jamaïcains ont deux fois plus de risque de développer une dermatite atopique en grandissant à Londres (où la pollution est élevée et les températures relativement basses) que ceux qui vivent en Jamaïque.
  • Il a été prouvé que l'âge de la mère au moment de la naissance a un lien direct avec le risque que l'enfant ait une peau atopique : plus la mère est âgée, plus le risque est élevé.

Femme qui se mouche.
Si les parents souffrent de rhume des foins ou d'asthme, leurs enfants peuvent développer une dermatite atopique.
Voitures dans les bouchons.
Le lieu d'habitation et la situation géographique en général peut jouer un rôle majeur dans le developpement de la dermatite atopique.

Ces facteurs pathogènes sont à l'origine d'une peau sèche aux défenses perturbées.

Lorsque la personne atteinte se gratte, elle endommage les défenses naturelles de la peau, laissant les couches inférieures sans protection et soumises aux infections bactériennes et aux influences environnementales comme les irritants, les allergènes et la pollution.

Le cercle vicieux de la dermatite atopique

FACTEURS

AUTRES FACTEURS

Un certain nombre d'autres textures ou produits chimiques peuvent contribuer aux symptômes existants ou les aggraver, comme :

  • les vêtements et les matières, en particulier la laine et le nylon 
  • certains aliments, lait, noix, coquillages etc.
  • les boissons alcoolisées
  • les allergies aux acariens, à la poussière ou au pollen
  • les lessives
  • la fumée de cigarette

Ainsi que les déclencheurs émotionnels qui peuvent affecter les symptômes du patient, comme :

  • le stress
  • le manque de sommeil
  • la transpiration

En savoir plus sur les facteurs ayant des conséquences sur la peau.

Femme buvant un verre de vin rouge.
Boire des boissons alcoolisées peut déclencher les symptômes d'une dermatite atopique.
Femme en position pensive, avec une main sur le front.
Le stress peut être un déclencheur des symptômes de dermatite atopique.

SOLUTIONS

MAÎTRISER LES SYMPTÔMES DE LA DERMATITE ATOPIQUE LORS D'UNE PÉRIODE DE POUSSÉE

Les symptômes des phases de rémission et de poussée peuvent être soulagés grâce à des soins dermocosmétiques adaptés et à des solutions médicamenteuses.

Émollients

Au cours des phases de rémission, les émollients (ou hydratants) doivent être utilisés régulièrement et continuellement chaque jour. Ces crèmes, lotions et huiles contiennent des concentrations d'huile élevées, et aident donc à garder la peau souple, hydratée et protégée des irritants. Comme la peau est hydratée, elle démange moins, et les défenses de la peau sont moins susceptibles d'être endommagées par le grattage.

Les ingrédients souvent trouvés dans les émollients incluent :

  • Les acides gras oméga 6 de l'huile d'onagre et de l'huile de pépins de raisin. Ils apaisent et nourrissent la peau tout en restaurant ses défenses naturelles.
  • La licochalcone A (un extrait de la racine de la réglisse). C'est un anti-inflammatoire et antioxydant naturel qui réduit les rougeurs et apaise l'inflammation.

Soin d'attaque

Au cours des périodes de poussée, des soins "d'attaque" sont nécessaires pour réduire l'inflammation et les sensations de démangeaisons. Les dermatologues tendent à prescrire des corticoïdes topiques, car ils sont très efficaces, agissent rapidement, et soulagent les sensations de démangeaisons en cas de poussées sévères.

Docteur avec un stéthoscope autour du cou, notant quelque chose.
Il est recommandé de faire appel à un dermatologue lors de l'apparition des poussées.
Femme se touchant le visage de la main.
Il est possible d'utiliser l'hydrocortisone pour atténuer les symptômes aigus de la dermatite atopique. L'utilisation à long terme n'est cependant pas recommandée, car l'hydrocortisone peut amincir l'épiderme.

La Crème Calmante Intensive Eucerin AtopiControl permet de soulager immédiatement les sensations de démangeaison et de limiter la prolifération des bactéries. Elle s’applique localement en phase de poussées de sécheresse cutanée sévère, seule ou en association avec les dermocorticoïdes. Les résultats de la Crème Calmante Intensive ont été démontrés à travers plusieurs études cliniques.

Soin quotidien visage pour peau sèche à tendance atopique

Bien que les facteurs déclencheurs varient d'une personne à l'autre, quelques habitudes à prendre ont été jugées efficaces :

Par exemple :

  • Maintenir une température basse, en particulier la nuit. La transpiration cause des irritations et des démangeaisons.
  • Conserver les crèmes et onguents dans le réfrigérateur car des émollients froids soulagent davantage les démangeaisons.
  • Retenir les comportements environnementaux et nutritionnels pour identifier tout symptôme déclencheur.
  • Passer ses vacances dans des régions où le climat est thérapeutique, comme la mer du Nord, l'Atlantique, la mer Morte, la Méditerranée ou les hautes montagnes.
  • Le yoga et la méditation aident à diminuer le stress
  • Tapoter la peau plutôt que de la gratter. Si les deux apaisent la peau, les tapotements n'endommagent pas les défenses de la peau.
  • Garder les ongles des enfants courts et réguliers pour réduire les dommages causés par le grattage.
  • Porter des gants en coton la nuit pour éviter de se gratter le visage pendant son sommeil.
  • Prendre des douches plutôt que des bains, maintenir la température en dessous de 32 °C et ne pas se doucher trop fréquemment. 
  • Tapoter la peau pour la sécher, puis appliquer la crème ou la lotion directement après.
  • Évitez les irritants comme les éponges rêches.
Femme écrivant quelque chose sur un bloc-notes
Noter l'heure et les circonstances où sont apparus les symptômes, peut aider à éviter les facteurs déclencheurs.
Femme prenant une douche.
Les douches sont plus recommandées que les bains, tant que la température est inférieure à 32 °C.

Si vous n'êtes pas sûr de la meilleure façon de gérer vos symptômes, demandez conseil à votre médecin ou à un dermatologue.